FrostBoss® cares about your online experience. To enhance your visit, we use cookies for personalised ad content. By clicking "Accept," you consent to the use of cookies for ad personalisation.

Gels

Avantages et inconvénients de chaque système de protection contre le gel.

FrostBoss

Avantages et inconvénients de chaque système de protection contre le gel.

La lutte contre le gel commence par le choix d'un bon site et d'un bon aménagement. L'utilisation de brise-vent naturels, de positions ensoleillées et d'un bon drainage contribuera grandement à aider les bourgeons à poursuivre leur croissance et à s'épanouir. Cependant, même le verger ou le vignoble le mieux placé est sensible aux fortes gelées du printemps et de l'automne. Il a besoin d'un soutien supplémentaire pour minimiser la chute des températures au niveau des bourgeons, lorsqu’il a un risque d’endommagement du tissu végétal.

Avant d'envisager un système de protection contre le gel ou de planter une culture, il est très important de comprendre comment l'air froid s'écoule à l'intérieur et à l'extérieur d'un bloc. Connu également sous le nom d’écoulement catabatique, cet air froid agit comme l'eau qui coule sur les pentes d'une colline. Tout comme l'eau, s'il y a un obstacle tel qu'un bloc de béton ou une rangée d'arbres, il va s’y s'accumuler comme avec un barrage. Il s'élèvera également verticalement, pour être jusqu'à 4 ou 5 fois plus haut que l'obstacle.

Si des cultures sont plantées devant cet obstacle, elles risquent davantage d'être touchées lorsque les températures chutent. Si un système de protection contre le gel est placé au milieu d'un écoulement catabatique, cela affectera la façon dont l'air chaud circule et couvre la zone environnante (par exemple, en raison de l’écoulement catabatique, une tour antigel couvrira une zone elliptique plutôt qu'une zone circulaire).

Il n'est pas facile de choisir le système de protection contre le gel qui convient. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte, et ce qui est moins cher dans l’immédiat peut s'avérer coûteux sur le long terme. 

Voici quelques-unes des questions qu'il convient de se poser dès maintenant :

Disposez-vous de la main-d'œuvre nécessaire pour utiliser un équipement manuel ?

Pouvez-vous placer l'équipement à la bonne place au bon moment ?

Avez-vous suffisamment de carburant en réserve ?

Avez-vous les liquidités nécessaires pour acheter un système coûteux ?

Disposez-vous de l'espace nécessaire ?

Y a-t-il des restrictions administratives ou environnementales à prendre en compte ?  

Il existe plusieurs façons de protéger les arbres fruitiers, les vignes et les cultures contre le gel.

  1. En ajoutant de la chaleur à l'aide de l'eau et des systèmes de chauffage
  2. En mélangeant de l'air froid et de l'air chaud et en le faisant circuler sur les zones plantées.
  3. En conservant la chaleur et en ne la laissant pas s'échapper

Chaque technique augmente la température différemment, et il est possible d’en utiliser une ou plusieurs à la fois.

Examinons chacune d'entre elles.

La protection passive

Avant de planter, tenez compte de tous les éléments présents sur votre propriété. Bâtiments, maisons, hangars, clôtures, usines de transformation, collines, berges inondables, cimetières de matériel, monticules de terre. Peuvent-ils être facilement déplacés afin de minimiser l'accumulation d'air froid derrière eux ?

Choisir des variétés à débourrement tardif permet d'anticiper les gelées, mais demande un travail supplémentaire pour tailler les arbres pour que les fruits poussent au-dessus de l'air froid qui s'accumule.

Avantages :

● Peu coûteux

● Utilisation des structures existantes pour former ou réduire une barrière

● Pas de dépenses supplémentaires ou de grosses ressources en main-d'œuvre nécessaires.

Contre :

● Si elles sont mal placées, les structures peuvent accumuler de l'air froid derrière elles.

● Pas d’apport de chaleur pour augmenter les températures de l'air.

● Les arbres nécessitent un entretien supplémentaire pour les faire pousser vers le haut.

Les chaufferettes et bougies 

Le chauffage est une méthode de réchauffement des cultures qui demande beaucoup de travail, puisqu'il faut allumer et entretenir entre 100 et 125 chaufferettes ou bougies par hectare. Les équipes restent debout toute la nuit pour surveiller les premiers signes de gel. Ils doivent ensuite allumer les chaufferettes ou bougies rapidement lorsque la température baisse. Cette méthode est de moins en moins populaire en raison du coût élevé, de l'utilisation de carburant, de la pollution de l'air et du fait qu'elle n'apporte pas de chaleur de manière très efficace.

Elles permettent d'éviter la formation de poches de gel, mais seulement 10 à 15 % de la chaleur produite reste dans le verger. Les systèmes de chauffage mobiles sont encore moins efficaces. Ils sont tractés à travers le verger, l’air chaud ne reste donc pas continuellement au niveau des plantes.

Cependant, lorsque ces systèmes de chauffage sont utilisés conjointement avec des tours antigel, leur efficacité est accrue car l'air qui s'élève est ensuite ramené vers le bas.

Les préoccupations relatives à la qualité de l'air ont conduit à leur interdiction dans certaines régions du monde. En outre, il faut deviner le meilleur moment pour les allumer, ce qui peut s'avérer coûteux si l'on se trompe de moment et qu'on les allume trop tôt ou trop tard.

Ces systèmes nécessitent également un entretien important, puisqu'ils doivent être nettoyés toutes les 20 à 30 heures d'utilisation.

Avantages :

● Augmente l'efficacité des tours antigel lorsqu’ils sont utilisés conjointement

Inconvénients :

● Nécessitent une main-d'œuvre importante pour l'allumage et l'entretien.

● Leur fonctionnement est coûteux

● Nécessité d’estimer le bon moment pour les allumer.

● Pollution atmosphérique élevée et interdiction dans certaines régions

● Exigences élevées en matière d'entretien

L’aspersion

Les augmentations de température les plus importantes sont souvent obtenues par des applications à base d'eau. Elles peuvent être les plus économiques. La chaleur de l'eau est libérée dans l'environnement à basse température et peut réchauffer sélectivement la partie la plus froide des plantes, ce qui en fait une solution très efficace.

Cependant, qu'il s'agisse d’aspersion au-dessus des cultures pour enrober les bourgeons de glace ou sous les arbres, les préoccupations environnementales seront un facteur à prendre en compte pour les systèmes de protection contre le gel à base d'eau.

L’aspersion nécessite un débit d'eau élevé et continu - 10 000 litres d'eau par hectare et par heure pour chaque degré en dessous de 0 (par exemple, un gel de -2ºC nécessiterait 20 000 litres par heure et par hectare) - ce qui signifie que la consommation d'eau et l'impact sur l'environnement sont élevés, et qu'il faut des tuyaux et des pompes de grande taille. En cas de sécheresse dans la région, de restrictions d'eau et de politiques imposées par les conseils locaux, ou de la défaillance d'une pompe, vous devrez disposer d'une solution de secours pour éviter un désastre.

Si elle n'est pas effectuée correctement, l'aspersion au-dessus des plants risque de provoquer des dégâts plus importants (maladies, sols saturés en eau, lessivage des nutriments et de produits agrochimiques), ce qui pourrait détruire une culture au lieu de la protéger.

L’aspersion sous les arbres utilise une quantité moitié moindre d'eau, mais les augmentations de température qui en résultent sont également divisées par deux. La majeure partie de la chaleur provient du refroidissement de l'eau plutôt que de la chaleur libérée par le gel de l'eau, de sorte qu'il est préférable d'utiliser de l'eau plus chaude, ce qui réduirait également de moitié la consommation d'eau.

Avantages :

● Économique

● Efficace pour augmenter les températures et apporter de la chaleur là où elle est nécessaire.

● Peut offrir une certaine protection en cas de gel advectif.

Inconvénients :

● Impact environnemental élevé sur l'utilisation de l'eau, et les problèmes connexes qu'elle peut entraîner.

● Vous avez besoin d'une solution de secours en cas de sécheresse ou de restrictions de l'utilisation de l'eau.

● Les pompes peuvent tomber en panne

Les tours antigel

Pendant la nuit, l'air chaud monte dans l'air alors que l'air froid s'accumule au niveau des arbres et des cultures. Les tours antigel attirent l'air chaud vers le bas et le soufflent sur les couches inférieures. Il se mélange à l'air froid et augmente la température de la plante et du sol pour empêcher le gel de s'installer et d'endommager les bourgeons, ce qui permet de réduire les pertes et d'augmenter le rendement.

Les tours antigel sont disponibles dans une grande variété d'options - de l'ingénierie élégante, silencieuse et innovante des tours FrostBoss® à 4 et 5 pales (l'une des options disponible les plus économes en carburant, avec une très bonne zone de couverture et des pales conçues par d'anciens spécialistes de la Coupe de l'America), aux rotors à 2 et 3 pales, en passant par les tours antigel mobiles qui peuvent être remorquées là où elles sont nécessaires, et aux tours fixes pliantes qui permettent de respecter les restrictions visuelles.

Les tours antigel dotées d'une option de démarrage automatique permettent de ne plus avoir à déterminer à l'avance le moment où le système de protection doit être mis en place, contrairement aux hélicoptères qu'il faut réserver à l'avance, à la main-d'œuvre qui doit être présente pour allumer et surveiller les chaufferettes ou bougies tout au long de la nuit, ou à l'aspersion qui doit fonctionner en temps voulu.

Les tours antigel telles que FrostBoss® sont dotées d'un matériel et de capteurs intégrés, compatibles avec une application web de surveillance. Vous pouvez ainsi voir à distance et en temps réel si la tour est armée, combien de temps elle a fonctionné et quelles sont les températures du sol. Vous pouvez également exporter les données, ce qui est pratique si votre municipalité vous demande de produire des informations sur l'utilisation pour se conformer aux autorisations et aux permis.

Elles sont plus efficaces dans le cas d'un gel radiatif, lorsqu’il y a de l'air plus chaud à tirer vers le bas. Cependant elles sont moins efficaces dans le cas d'un gel advectif où la majorité de l'air est plus froid. Couplées avec des appareils de chauffage, elles permettent de répartir l'air chaud et d'augmenter les températures.

Le choix des pales est important. Une pale torsadée avec un pas aérodynamique correct de la pointe à la racine assure une distribution plus uniforme de l'air sur une plus grande surface. Le nombre plus élevé de pales réduit le bruit "d’hélicoptère". Les turbulences créées par un nombre réduit de pales tournant à un régime plus élevé peuvent créer plus de mouvements dans la tour, ce qui augmente les besoins d'entretien et de réparation.

Avantages :

● Réduit l'erreur humaine

● Gain de temps

● Excellente couverture et l'un des systèmes les plus efficaces pour la protection contre le gel.

● Plus abordable que les hélicoptères sur le long terme.

● Les composants tels que les pales et les moteurs peuvent être changé pour une mise à niveau.

● Peuvent être complétés par des appareils de chauffage pour apporter davantage d'air chaud.

● Certains disposent d'applications web compatibles pour la surveillance à distance.

Inconvénients :

● Toutes les tours antigel ne sont pas égales, la qualité, le rendement et la couverture variant d'un fabricant à l'autre.

● Pas aussi efficaces lors de gels advectifs.

● Nécessité d'un emplacement efficace pour une couverture maximale et une pollution sonore ou visuelle minimale.

● Un nombre réduit de pales peut engendrer des turbulences et du bruit plus importants.

Les hélicoptères

Jouant un rôle similaire à celui des tours antigel, les hélicoptères peuvent être déployés pour tirer l'air chaud vers le bas et le réparti sur les cultures. Ils peuvent couvrir une surface beaucoup plus grande que les tours antigel et peuvent donc être très efficaces pour atteindre les zones nécessaires. Mais leur location à l'heure est coûteuse et ils risquent de ne pas mélanger l'air chaud et l'air froid aussi efficacement qu'une tour antigel.

Réserver des hélicoptères pour qu'ils soient dans les airs au bon moment nécessite de garder un œil sur les températures au sol et sur les prévisions météorologiques détaillées et de faire preuve d’un grand talent d’estimation. Les faire voler trop tôt, trop tard ou pas du tout en cas de gel imprévu signifie ne pas avoir de couverture dans les airs au moment du gel. Cette estimation peut s'avérer coûteuse si vous vous trompez, en payant des hélicoptères alors que vous n'en avez pas besoin, ou si le gel s'installe et endommage vos cultures.

En plus de la durée d'exécution, vous devez tenir compte du temps nécessaire pour que les hélicoptères soient prêts à intervenir, En outre, par temps froid, les zones de couverture se réduisent à mesure que les températures chutent et que l'air chaud circule moins.

Si vous avez des voisins à proximité, la pollution sonore doit être prise en compte. Les hélicoptères produisent plus de bruit et doivent rester en vol stationnaire pendant plusieurs heures pour assurer une protection efficace contre le gel.

Avantages :

● Couvre une grande surface

Inconvénients :

● Très coûteux à gérer ou si des erreurs sont commises.

● Nécessite une bonne estimation pour faire voler les hélicoptères au bon moment.

● Pas aussi efficaces que les tours antigel

● Très bruyant

● La couverture est réduite par temps froid

Contactez-nous si vous souhaitez en savoir plus sur la gamme innovante de protection contre le gel FrostBoss® ou pour savoir si une tour antigel est la bonne solution pour protéger vos cultures.